Rencontres passées

Lundi 1er octobre 2018 

BRAGUINO

de Clément Cogitore, en présence de Clément Cogitore,, débat animé par Benoît Chantre (ARM)

CLÉMENT COGITORE EST UN ARTISTE PLASTICIEN NÉ EN 1983, DONT LE TRAVAIL EST EXPOSÉ ET PROJETÉ DANS DE NOMBREUX MUSÉES ET CENTRE D’ARTS (PALAIS DE TOKYO, CENTRE GEORGES POMPIDOU – PARIS, HAUS DER KULTUREN DER WELT – BERLIN, MUSEUM OF FINE ARTS – BOSTON, MOMA NEW-YORK…). POUR CÉLÉBRER SON 350ÈME ANNIVERSAIRE EN 2019, L’OPÉRA NATIONAL DE PARIS A CONFIÉ À CLÉMENT COGITORE LA MISE EN SCÈNE DE L’INTÉGRALITÉ DE L’OPÉRA-BALLET LES INDES GALANTES DE JEAN-BAPTISTE RAMEAU À LA SUITE D’UNE PREMIÈRE COLLABORATION AVEC LA PLATEFORME 3E SCÈNE (PRIX UNIFRANCE DU COURT MÉTRAGE – FESTIVE DE CALNNES – 2018). VOIR WWW.CLEMENTCOGITORE.COM/BIO/
LE TRAVAIL DE CLÉMENT COGITORE PORTE SUR LES RITUELS, LA MÉMOIRE COLLECTIVE, LA FIGURATION DU SACRÉ ET LA PERMÉABILITÉ DES MONDES. 

« Au milieu de la taïga sibérienne, à 700 km du moindre village, se sont installées 2 familles, les Braguine et les Kiline. Aucune route ne mène là-bas. Seul un long voyage sur le fleuve Ienissei en bateau, puis en hélicoptère, permet de rejoindre Braguino. Elles y vivent en autarcie, selon leurs propres règles et principes. Au milieu du village : une barrière. Les deux familles refusent de se parler. Sur une île du fleuve, une autre communauté se construit : celle des enfants. Libre, imprévisible, farouche.  Entre la crainte de l’autre, des bêtes sauvages, et la joie offerte par l’immensité de la forêt, se joue ici un conte cruel dans lequel la tension et la peur dessinent la géographie d’un conflit ancestral. »


 

Lundi 3 décembre 2018

DESPUES DE LUCIA

de Michel Franco

Séance ARM, animée par Jean-Pierre Dupuy (Université de Stanford)

>>>écouter la conférence de JP Dupuy (20mn)

Lucia est morte dans un accident de voiture il y a six mois ; depuis, son mari Roberto et sa fille Alejandra, tentent de surmonter ce deuil. Afin de prendre un nouveau départ, Roberto décide de s’installer à Mexico. Alejandra se retrouve, nouvelle, dans une classe. Plus jolie, plus brillante, elle est rapidement la cible d’envie et de jalousie de la part de ses camarades. Refusant d’en parler à son père, elle devient une proie, un bouc émissaire. »

Jean-Pierre Dupuy est professeur émérite à l’Ecole Polytechnique, et professeur titulaire à l’université Stanford. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels : Pour un catastrophisme éclairé (Seuil, 2002) ; La Panique (Les empêcheurs de penser en rond, 2003) ; Petite métaphysique des tsunamis (Seuil, 2005); Retour de Tchernobyl : Journal d’un homme en colère (Seuil, 2006) ; La Marque du sacré (« Champs Flammarion », 2010, Prix Roger Caillois 2011) ; L’Avenir de l’économie. Sortir de l’économystification (Flammarion, 2012) et La Jalousie (Seuil, 2016).